Besoin d'aide ? Contactez-nous !

+33 (0)3 21 216 216 Formulaire de contact
Retour vers Le-Conseil-departemental

Expression des groupes politiques

Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen

Répondre à l’urgence climatique

Le Président Jean-Claude Leroy a proposé une aide d’urgence du Département du Pas-de-Calais en direction de celui de l’Aude, confronté récemment à de violents orages aux conséquences catastrophiques. Nous saluons cet élan de solidarité en soutenant bien évidemment cette initiative.

La hausse des températures, les précipitations orageuses, les inondations ne peuvent pas être sans lien avec le dérèglement climatique. L’heure n’est donc plus aux constats mais à l’action ; chacun doit prendre sa part. C’est le sens de l’engagement du Département en matière de développement durable.

Nous ne pouvons plus penser la route comme hier, concevoir les bâtiments, consommer, vivre comme hier. Si le problème est global, nous apportons des réponses locales, au plus proche des territoires et des habitants, en soutenant un modèle agricole plus respectueux, en s’engageant dans la rénovation thermique des bâtiments, en multipliant les aires de covoiturage, en préservant la biodiversité avec Eden 62…

Mais deux ans après la notification des accords de Paris, nous attendons aussi un souffle de la part du gouvernement actuel et de l’Europe. Qui peut croire qu’il y aura un avenir pour le climat sans l’Union Européenne ?

Nous ne serons donc pas du côté de ceux qui rejettent l’Europe. Mais nous ne serons pas non plus avec ceux qui ne jurent que par la globalisation libérale de l’économie, sans régulation, sans contrainte liée à l’impératif écologique.

Laurent DUPORGE

Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen

Groupe Union Action 62

Hausse fiscale, baisse du pouvoir d'achat... Les français crient leur ras-le-bol

Les Elus du Groupe Union Action 62 vous présentent leurs meilleurs vœux pour 2019 et vous souhaitent bonheur, santé et réussite.

Si les violences de ces dernières semaines doivent être condamnées, le gouvernement ne peut pas rester sourd à cette colère.

Au ras-le-bol fiscal s’ajoute un sentiment de relégation. Les habitants ne vivant pas dans les métropoles ont vu leur cadre de vie se dégrader à cause de la disparition des services publics ainsi que du manque d’activité économique et d’emploi.

Après avoir espéré la fin du mouvement, le gouvernement a pris des mesures pour les salaires et les retraites les plus modestes mais sans dire comment elles seront financées. Pourtant, creuser un peu plus le déficit, c’est mettre en difficulté les futures générations.

Emmanuel Macron n’aurait-il pas dû commencer par apporter des réponses pour que les Français puissent plus profiter du fruit de leur travail ?

Quant à l’écologie, elle ne peut pas être que punitive et reposer sur un racket fiscal.

Les Français ont aussi exprimé un besoin de proximité. Les élus locaux ont un rôle à jouer pour résoudre cette crise. Sensible à l’overdose fiscale, notre groupe avait, dès décembre 2017, demandé à la majorité départementale de redonner du pouvoir d’achat aux habitants en revenant en partie sur l’augmentation de la fiscalité qu’elle a votée en 2015.

Maïté MULOT-FRISCOURT

Présidente du groupe Union Action 62

Groupe Communiste

Le 10 décembre dernier, devant 21 millions de téléspectateurs, le Président a, dans une performance d’acteur qui n’a fait pleurer que la caméra, essayé de faire croire qu’il avait entendu la colère populaire. Mais son objectif principal reste de ne rien céder des cadeaux donnés aux riches et ne pas faire participer les plus fortunés et les entreprises à la solidarité nationale.

Pour cette année 2019, qui démarre sur les chapeaux de roues, je souhaite que nous soit rendu l’ISF, que nous soit rendu ces 3,5Md€ pour que soit rétablie la justice fiscale et sociale, que nous soit rendu du pouvoir d’achat par une réelle augmentation du SMIC de 260 euros brut (200 euros net).

Pour cette année 2019, je souhaite que notre jeunesse soit entendue face à cette réforme du BAC qui créera de fait une logique de concurrence entre les établissements.

Pour cette année 2019, je souhaite que soit engagée la chasse aux fraudeurs en col blanc, que soit mis un coup d’arrêt à la fraude et à l’évasion fiscale des riches et des multinationales car ce ne sont pas moins de 1000Md€ par an qui ne sont pas injectés dans nos écoles, hôpitaux, nos EHPAD, nos retraites et notre sécurité sociale. Le prélèvement à la source de l’impôt sur les bénéfices des multinationales couplé à un recrutement massif d’inspecteurs des impôts sont deux propositions des communistes pour remettre la main sur les richesses créées par les Français.

Le groupe communiste vous souhaite une bonne et heureuse année.

Ludovic GUYOT

Président du groupe Communiste 

Groupe Rassemblement National

Tous Gilets jaunes !

Initialement méprisé par Emmanuel Macron et le Gouvernement, le mouvement des Gilets jaunes a été particulièrement suivi dans notre département. Déclassés des zones rurales ou des anciennes cités minières, jeunes sans perspectives d’avenir, chômeurs longue durée, travailleurs pauvres, parents inquiets pour leurs enfants… Les Oubliés du Pas-de-Calais ont fait entendre leur voix, de la Côte d’Opale au Bassin minier et jusqu’à Paris.

Les premières concessions du Président de la République démontrent la légitimité de ce combat pour plus de justice sociale, fiscale, territoriale et constituent une première étape vers la reconnaissance de cette France qui ne veut pas disparaître sous les coups de la mondialisation sauvage. Malgré l’enfumage du pseudo "Grand débat" qui va débuter, et qui n’en sera pas un, puisque le Gouvernement en a imposé les thèmes et questions, les Français ne doivent pas se laisser endormir : c’est en continuant à se battre qu’ils seront les maîtres d’œuvre de leur avenir ! Qu'ils sachent que, dans le combat décisif qui s'annonce, les élus du Rassemblement national sont à leurs côtés.

François Vial

Président du groupe Rassemblement National

Respect du pluralisme démocratique, du droit et des personnes

Les textes sont signés de leur(s) auteur(s), placés sous leur seule responsabilité éditoriale. Les auteurs s’engagent à respecter les législations en vigueur sur la liberté d’expression, le droit au respect des personnes et le droit à l’image, contenues notamment dans les Lois du 29 juillet 1881, du 1er août 2000 modifiant la Loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication, celle du 21 juin 2004 pour la confiance en l’économie numérique, le Code Civil et le Code Pénal.

En application de l'article L3121-24-1 du Code Général des Collectivités locales, cet espace est réservé à l'expression des groupes d'élus.

Les contenus publiés ici sont sous la responsabilité des groupes politiques désignés.